Accueil >  Faune et flore >  Galerie des Echinodermes >  Asterina gibbosa
Asterina gibbosa

Asterina gibbosa

Astérie bossue

   Asterina gibbosa est une étoile de mer de 2 à 7 cm de diamètre. De couleur uniforme vert pâle, grise, ocre, beige ou brune, elle a un corps aplati en forme d'étoile et des bras courts aux bouts arrondis. Seul le disque central est légèrement renflé ce qui lui vaut son nom d'astérie bossue. Elle se nourrit d'invertébrés divers tels des bivalves, des gastéropodes et des ophiures. C'est une espèce hermaphrodite protandre : les jeunes individus sont d'abord mâles puis à partir d'un certain âge les organes femelles deviennent fonctionnels. Elle dépose ses oeufs dans les fissures et infractuosités des roches. L'astérie bossue vit dans les zones rocheuses, sous les roches, les surplombs, dans les zones ombragées des flaques.
On la rencontre fréquemment depuis la surface jusqu'à 20 m de profondeur, plus rarement jusqu'à 100 m, en Atltantique, Manche et Méditerranée, plus rarement en Mer du Nord.

Classification

 (source : European Register of Marine Species)

  • Echinodermata [Embranchement]
  • Asterozoa [Sous-embranchement]
  • Stelleroidea [Classe]
  • Asteroidea [Sous-classe]
  • Valvatida [Ordre]
  • Asterinidae [Famille]
  • Asterina gibbosa (Pennant, 1777)

Glossaire de la page


Hermaphrodite protandre : Qui possède à la fois des organes reproducteurs mâle et femelle. Les organes mâles sont mâtures ou fonctionnels avant les organes femelles.
(pour consulter d'autres termes : accéder au glossaire)

Auteurs


Photographie du haut :
© Wilfried Bay-Nouailhat. Publiée avec son aimable autorisation : 
Asterina gibbosa, Baie de Concarneau, Bretagne Sud, Ouest de la France. Profondeur 6 mètres.
Texte :  Anne Bay-Nouailhat © 2005-2017.
Sites internet et ouvrages de référence : Consulter la bibliographie


Comment citer cette page dans vos publications


Bay-Nouailhat A., mars 2005, Description de Asterina gibbosa, [En ligne] http://www.mer-littoral.org/30/asterina-gibbosa.php, consultée le 24 mars 2017.
Voir aussi : A propos de la rédaction du site Mer et littoral