Accueil >  Faune et flore >  Les Ascidiacés 1 >  ...2 >  ...3

Les Ascidiacés

Les ascidies

Les Ascidiacés sont des animaux marins filtreurs qui vivent dans la zone littorale fixés, au stade adulte, aux roches, algues, pontons, coques de bateaux ou pour certaines espèces enfouies dans le sable. Au cours de leur développement, les ascidies passent par un court stade larvaire libre et nageur. Les ascidies peuvent être solitaires ou coloniales. Elles mesurent de quelques millimètres à 20 cm, parfois beaucoup plus chez certaines espèces coloniales. Il en existe environ 1400 espèces qui peuplent toutes les mers du globe.

Ciona intestinalis (Jeune individu)      Ciona intestinalis (Jeune individu)

Morphologie externe d'une ascidie solitaire type

Le corps d'une ascidie type solitaire a la forme d'un sac ou d'une outre avec deux orifices en position supérieure: ce sont deux siphons, un siphon inhalant par lequel l'eau de mer pénètre à l'intérieur de l'ascidie, un siphon exhalant par lequel l'eau ressort.
Le corps est enveloppé d'une tunique plus ou moins épaisse qui peut être soit translucide laissant ainsi apparaitre les organes, soit opaque d'aspect rugueux. La tunique peut chez certaines espèces se charger de sable et dans certains cas elle peut servir de support à des invertébrés tels que des éponges, des hydraires, des mollusques voire même d'autres ascidies.
Cette tunique est composée à environ 60% de cellulose ce qui est unique dans le règne animal puisque la cellulose est un composé propre aux végétaux. Elle est sécrétée par les cellules épidermiques et les cellules sanguines de l'ascidie. Chez certaines espèces, la tunique contient des spicules, petits éléments de calcite, qui assurent une certaine rigidité à l'ascidie.


Ascidie solitaire


    Morphologie externe d'une ascidie

Morphologie interne d'une ascidie solitaire type

L'anatomie d'une ascidie peut se schématiser ainsi: elle est constituée de trois sacs imbriqués l'un dans l'autre. Le premier sac, le sac externe est représenté par la tunique plus ou moins épaisse qui protège l'animal. Le sac intermédiaire est constitué du manteau sur lequel adhère la tunique. Le troisième sac, plus petit s'appelle le pharynx. Il s'ouvre sur le siphon buccal ou siphon inhalant, et est percé d'une multitude de petits orifices. Entre le pharynx et le manteau il existe une cavité: la cavité péribranchiale et qui débouche sur le siphon cloacal ou siphon exhalant. Le pharynx exerce une double fonction : nutritive et respiratoire.


Anatomie d'une ascidie solitaire

                                  Anatomie d'une ascidie solitaire

La nutrition

Les ascidies sont des filtreurs comme tous les Tuniciers, ce qui signifie qu'elles absorbent de l'eau pour en extraire les divers organismes planctoniques dont elles se nourrissent.
L'eau pénètre dans l'animal par le siphon buccal. A l'entrée du pharynx, des tentacules buccaux reliés à l'unique ganglion nerveux empèchent les particules trop grosses de pénétrer dans le pharynx en stimulant la fermeture des siphons. Puis l'eau rentre dans le pharynx. Celui-ci est percé d'une multitude de petits orifices, les fentes branchiales, qui permettent à l'eau de sortir du pharynx en direction de la cavité péribranchiale située tout autour du pharynx.

Phallusia mammillata, détail des tentacules buccaux              Phallusia mammillata,
      détail des tentacules buccaux

La paroi interne du pharynx est couverte de cellules ciliées (cellules pharyngiennes) qui sont à l'origine du mouvement d'eau à l'intérieur de


Coupe d'une ascidie

     Coupe transversale d'une ascidie

l'ascidie. D'autres cellules sécrètent un mucus qui capture les particules alimentaires. Une fois capturées, ces particules sont acheminées vers une gouttière ciliée, l'endostyle, qui est formé par un repli du manteau. Le pharynx adhère au manteau à ce niveau. L'endostyle véhicule ensuite les aliments vers la région dorsale (entre les deux siphons) puis dans un raphé qui conduit à l'estomac. Une fois la digestion effectuée, les déchets sont évacués par l'intestin. L'anus n'est pas à l'extérieur de l'ascidie mais dans la cavité péribranchiale: les excréments sont évacués avec l'eau par le siphon cloacal.
La paroi de l'intestin est couverte de cellules conjonctives qui accumulent les déchets organiques telle l'urée, dans de grandes vacuoles durant toute la vie de l'ascidie, constituant ainsi un rein d'accumulation.

La respiration, le système circulatoire

L'eau circule dans le pharynx. L'oxygène contenue dans l'eau est captée par les cellules ciliées au niveau des fentes brachiales, puis passe dans la paroi du pharynx. Celle-ci est constituée de deux couches de cellules, une couche interne et une couche externe, avec entre les deux un tissux creusé de cavités dans lesquels circulent les cellules sanguines.
Le système circulatoire est assez rudimentaire: il n'y a pas de vaisseaux mais des sinus sanguins c'est à dire de petites cavités réparties dans les tissus. Le sang cicule dans ces sinus grâce à un coeur, cavité péricardiale, contractile.

Le fonctionnement de ce coeur est particulier: il fonctionne de façon alternative. Il va pomper le sang vers lui pendant un certain nombre de cycles puis, le mouvement s'inverse, et il chasse le sang vers les sinus sanguins pendant le même nombre de cycles puis le mouvement s'inverser à nouveau.
Les cellules sanguines récupèrent l'oxygène mais aussi de nombreux métaux contenus dans l'eau, notamment du vanadium (utilisé dans des alliages). Ce métal toxique pour de nombreux animaux aurait un rôle bactéricide chez l'ascidie et la protègerait donc d'un certain nombre d'agressions bactériennes.

Reproduction des ascidies

Les ascidies sont hermaphrodites. Elles possèdent à la fois un ovaire et un testicule séparés qui débouchent dans la cavité péribranchiale par des gonoductes distincts. En général, ovules et spermatozoïdes n'arrivent pas à maturité au même moment ce qui évite l'autofécondation et permet un brassage du capital génétique.
La fécondation a lieu dans l'eau et donne naissance à une larve de 2 à 3 mm de long en forme de tétard. La situation est un peu différente chez les ascidies coloniales, la fécondation se faisant dans le cloaque commun et ce n'est qu'une fois la larve formée, qu'elle est expulsée dans l'eau.

 

Textes et dessins:  Anne et Wilfried Bay-Nouailhat © 2007-2017.
Sites internet et ouvrages de référence : Consulter la bibliographie

Photographies:  Ciona intestinalis © Wilfried Bay-Nouailhat.
Phallusia mammillata, détail des tentacules buccaux © Javier Santiago.


page 1 > Embranchement des Tuniciers .
page 2 > Les Larvacés - Anatomie des Larvacés.
page 3 > Les Ascidiacés - Anatomie de l'ascidie solitaire.
page 4 > La larve de l'ascidie - Métamorphose de la larve en ascidie.
page 5 > Les ascidies coloniales.
page 6 > Les Thaliacés.
page 7 > Les Dolioles.
page 8 > Les Pyrosomes.
page 9 > Les Salpes.
page 10 > Classification des Tuniciers.



Ceci est une publicité animée.